Endless Pleasure

Barbara Hendricks

Soprano

Love Derwinger, piano

Programme

Franz Schubert (1797-1828)

  • 1-24Winter Journey D 911 - Song cycle to poems by Wilhelm Müller

Informations techniques

Durée totale : 71’18

Digipak deluxe

Livret 36 pages, texte Jean-Marc Geidel Textes et poèmes en français, anglais et allemand

Enregistré en 2010

Sortie commerciale : 01/09/2011

Référence : ARV-010

Code barre : 5425019971106

Franz Schubert

Winterreise D 911

20
FRANZ SCHUBERT-----------FRANZ SCHUBERT

Quatre ans après La Belle Meunière, Schubert entame, toujours sur des poèmes de Wilhelm Müller, son Voyage d’hiver, qui débute là où s’achevait le précédent. Mêmes mots, même poète et mêmes thèmes : l’errance, la solitude, l’amour perdu.

Et pourtant quelle distance entre les deux cycles : La Belle Meunière est certes inspirée par le désespoir d’un jeune meunier aux prises avec la découverte de l’amour, mais malgré ce dépit amoureux, l’espoir demeure parce que l’innocence persiste. Le Voyage d’hiver semble au contraire toucher aux termes de la vie ; le sentiment de l’amour perdu finit par se déliter et se perdre lui-même, en oubliant le souvenir qui l’anime. Schubert propose ici un voyage intérieur au cœur d’un hiver symbolique, racontant l’histoire d’un amoureux éconduit quittant le lieu de ses amours pour un voyage sans destination, vers sa propre mort peut-être ou vers un délire libérateur.

Ce cycle est un véritable chef-d’œuvre, souvent considéré comme le plus parfait. Si chacun des 24 lieder est d’une rare beauté, c’est sans doute la cohérence de l’ensemble qui frappe. L’apparente simplicité de la mélodie, avec la voix au premier plan, cache la complexité de l’accompagnement au piano, reflet de la nature ou du moi intérieur du personnage. La tonalité générale de la musique invite au recueillement et à la contemplation, mais le Voyage auquel nous convie Schubert est loin d’être sombre ; le génial autrichien arrive à nous combler d’émotions diverses par ce dialogue entre le piano et la voix.

Souvent réservé aux chanteurs masculins, ce sommet absolu du Lied Romantique est rarement interprété par les femmes et seules quelques grandes voix féminines s’y sont attaché. Barbara Hendricks, après avoir attendu de nombreuses années, a mis cette œuvre majeure à son répertoire de concert avant de l’enregistrer avec son compagnon de route, Love Derwinger. Et comme le souligne Amélie Nothomb dans sa dédicace à ce disque : « Quand on l’écoute, on ne se soucie pas que cette voix soit celle d’une femme : elle est émotion pure. Tout être qui a connu la souffrance de l’amour – tout le monde donc – y retrouve le son intérieur de son trouble. »